American Staffordshire Terrier : le standard

chiots american staffordshire

Originaire des U.S.A, l’Amstaff fut inscrit pour la première fois comme chien de race par l’American Kennet Club en 1936 sous le nom de Staffordshire terrier. Ce n’est qu’en 1976 que l’appellation American Staffordshire terrier fut adoptée. Afin de le différencier des autres bulls terriers tels que le Staffordshire bull terrier, un standard de la race a été établi. Nous vous offrons un aperçu du profil, pour plus d’informations reportez-vous à la fiche de la FCI.

Le standard

Le standard est le profil imposé pour considérer un chien de race. Dans le cas de l’American Staffordshire, les critères sont fixés par un texte officiel du club d’Amstaff et enregistrés par la Fédération Cynologique Internationale (FCI). L’Amstaff correspond à la classification n 286 de la FCI. Il appartient au groupe 3 (terriers) de la section 3 (de type bulls), car ses origines se basent sur le brassage de ces deux races.

Aspect général et région crânienne

L’Amstaff doit transmettre l’impression d’une force très imposante par rapport à sa taille. Il aura un physique bien soudé, tout en muscle, en conciliant agilité et élégance. Il se présentera comme un chien plutôt ramassé, aucunement haut sur pattes et sera éveillé vis-à-vis de son environnement. Il exhalera physiquement ce courage proverbial. Sa région crânienne s’établira sur une base large dotée d’une dépression naso frontal (stop) nette.

Région faciale

Sa truffe sera d’un noir très prononcé. L’Amstaff affichera un museau de dimension moyenne avec arrondissement dans son extrémité supérieure, tombant abruptement sous les yeux. Ses babines seront bien jointes, sans espace lâche entre elles. Sa mâchoire sera puissante et capable de maintenir la prise. Les incisives de la mandibule supérieure demeureront en contact avec la partie antérieure de celles du maxillaire inférieur. Les muscles des joues seront proéminents. Ses yeux foncés, bien ronds, séparés seront enfoncés dans leur orbite et dépourvus de ladre aux paupières.

Cou, oreille et queue

Le cou bien galbé s’affinera graduellement du tronc vers la tête. Les oreilles seront de préférence non coupées, courtes, hautes, rosées ou demi-dressées. Les oreilles tombantes feront objet de pénalisation. La queue droite, implantée assez bas, paraîtra comme écourtée en comparaison avec son corps. Elle s’amenuisera progressivement, sans s’enrouler ni s’élever au-dessus du dos. Elle ne pourra être amputée.

Si l’Amstaff est un chien qui mérite d’être jugé sur d’autres critères que ceux que lui forgèrent les hommes dans le passé, le reconnaître comme chien de race fut un premier pas pour changer notre regard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *